Accueil > Publications, ressources et liens utiles > Rapport final : recherche sur les services d’établissement offerts en français aux nouveaux arrivants francophones en Ontario

Rapport final : recherche sur les services d’établissement offerts en français aux nouveaux arrivants francophones en Ontario

ÉTUDE RÉALISÉE POUR LE Ministère des Affaires civiques et de l’Immigration – PROVINCE DE L’ONTARIO




4. LA REVUE DOCUMENTAIRE

INTRODUCTION

L’immigration fait partie du développement social, économique et culturel de la société canadienne. Elle s’avère aussi un facteur important au développement des communautés de langue française à l’extérieur du Québec puisqu’elle peut représenter une source de renouvellement de la population, de la langue et de la culture francophone au pays. D’ailleurs, pour ces communautés et pour le gouvernement fédéral, l’accueil de nouveaux arrivants de langue française dans les communautés francophones en situation minoritaire est devenu un objectif important, voire une priorité.

Cela se manifeste notamment par la mise sur pied, en 2002, du Comité directeur Citoyenneté et Immigration Canada – Communautés francophones en situation minoritaire, dont le mandat est d’élaborer des stratégies visant à accroître le nombre d’immigrants francophones en milieu minoritaire ainsi qu’à faciliter leur accueil et leur intégration1.

En septembre 2006, le Comité directeur diffuse le Plan stratégique pour favoriser l’immigration au sein des communautés francophones en situation minoritaire dans lequel sont élaborés les défis et les stratégies relatives à l’immigration en milieu minoritaire . Ce document n’est qu’un exemple de l’importance qu’accorde le gouvernement à l’intégration des immigrants de langue française au Canada.

À l’extérieur du Québec, c’est en Ontario que l’on retrouve le plus grand nombre de personnes de langue française. Le Nouveau-Brunswick compte quelque 236 100 francophones représentant 33 % de la population de la province. L’Ontario compte plus de deux fois ce nombre avec une population de 578 045 francophones représentant environ 4,8 % de la population totale. L’Ontario représente donc une province où l’on retrouverait, possiblement, le plus grand nombre de communautés disposées à accueillir les nouveaux arrivants de langue française.

Selon le Recensement 2006, les immigrants représentent environ 20 % de la population totale du Canada et 28 % de la population de l’Ontario. Parmi les immigrants de l’Ontario, 2,8 % sont des immigrants de langue française.

Toutefois, les nombres ne suffisent pas pour accueillir les nouveaux arrivants, il faut aussi des outils et des stratégies. La documentation sur l’immigration francophone répertoriée dans le présent document révèle plusieurs éléments qui peuvent servir les intérêts des immigrants et des organismes intéressés à faciliter leur intégration dans la société canadienne et plus particulièrement dans les communautés francophones.

Le texte qui suit contient les résultats d’une revue de la littérature portant sur l’immigration francophone au Canada. Il présente d’abord un aperçu général des 151 documents recensés, puis porte une attention particulière à la documentation publiée au cours des cinq dernières années, donc depuis 2005, et qui touche précisément l’Ontario ou ses régions.

Documents répertoriés

Un total de 151 documents publiés entre 1998 et 2010 ont été répertoriés. Ce sont des rapports gouvernementaux (47), des articles scientifiques (45) et des études produits pour des organismes communautaires (35) ou paragouvernementaux (16). Les huit autres articles proviennent notamment du réseau Metropolis . Une base de données en format Excel a été remise au Ministère. Elle présente les titres, auteurs, années et sommaires (lorsque disponibles) de ces documents.

Analyse thématique

Parmi la littérature sur l’immigration francophone au Canada, nous avons identifié dix thèmes majeurs. L’intégration des nouveaux arrivants est de loin le thème le plus étudié dans les articles recensés. Les études portant sur l’intégration économique et ceux sur l’intégration sociale représentent ensemble près de 60 % de la documentation relative à l’immigration francophone au Canada. Suivent les thèmes suivants, par ordre de fréquence : portrait ou profil démographique, enfants et école, criminalité et violence, femmes immigrantes, santé, compétences linguistiques, intervention auprès des minorités, mobilité interprovinciale.

Le Tableau 11 présente le nombre de documents portant sur chacun de ces dix thèmes parmi les 151 documents recensés, selon le thème principal abordé. Un seul thème principal est attribué à chacun des textes.

Tableau 11 - Catégories de thèmes répertoriés - revue de la documentation - Canada - 1998 à 2010
Thèmes Nombre de documents %
Intégration économique et marché du travail 48 32 %
Intégration sociale 38 25 %
Portrait ou profil démographique 23 15 %
Enfants et école 15 10 %
Criminalité et violence 8 5 %
Femmes immigrantes 7 5 %
Santé 4 3 %
Compétences linguistiques 3 2 %
Intervention auprès des minorités 3 2 %
Mobilité interprovinciale 2 1 %
Total 151 100 %

Le fait que la moitié des textes sur l’intégration sociale et économique proviennent d’institutions gouvernementales ou paragouvernementales témoigne de l’importance qu’accordent les gouvernements à la question de l’intégration des nouveaux arrivants. En revanche, le fait que seulement 20 des 86 articles sur ce thème soient des textes universitaires témoigne d’une lacune à combler en ce qui concerne la recherche universitaire.

Parmi les 151 textes répertoriés, 44 datent des 5 dernières années et concernent particulièrement la situation en Ontario ou dans une région précise de l’Ontario. Par exemple, certaines études portent sur Toronto ou encore sur le Nord de l’Ontario. Le plus grand nombre (20) de ces 44 articles est publié par une institution gouvernementale ou paragouvernementale. Pour leur part, les rapports de recherche universitaire comptent pour 25 % des textes. De plus, une proportion notable de la documentation présente des informations relatives aux politiques et aux ressources disponibles plutôt que des résultats de recherche ou d’études (voir, notamment, Bureau du Commissaire à l’équité, 2010; Ministère des Affaires civiques et de l’Immigration, 2009; Office des affaires francophones, 2006; Gouvernement de l’Ontario, 2009). Le besoin pour des études scientifiques sur l’intégration des nouveaux arrivants francophones dans les communautés de langue française ressort donc de cette recension de la littérature sur la situation en Ontario.

En ce qui concerne l’analyse thématique des écrits, nous observons la même tendance dans les 44 articles des cinq dernières années en Ontario que celle observée dans les textes sur le Canada. Les thèmes de l’intégration sociale et économique représentent plus de la moitié des documents répertoriés (voir le Tableau 12), ce qui démontre encore une fois l’intérêt marqué pour la facilitation de l’intégration des immigrants.

Tableau 12 - Thèmes des articles portant sur l’Ontario publiés au cours des 5 dernières années
Thèmes Nombre de documents %
Intégration sociale 14 32 %
Intégration économique et marché du travail 12 27 %
Portrait ou profil démographique 9 20 %
Intervention auprès des minorités 3 7 %
Criminalité et violence 2 5 %
Enfants et école 2 5 %
Santé 2 5 %
Total 44 100 %

Par ailleurs, certains thèmes semblent être réservés à la sphère nationale tandis que d’autres sont plutôt d’intérêt provincial. En effet, les textes sur les femmes immigrantes, les compétences linguistiques et la mobilité interprovinciale ne se retrouvent que dans les textes qui portent sur le Canada. Notons que certains documents de portée nationale contiennent des informations particulières à différentes régions du pays ou mettent en relief les différences provinciales.

Les thèmes

Comme indiqué plus haut, dix thèmes ont été identifiés : l’intégration économique; l’intégration sociale; les portraits ou profils démographiques; les enfants et l’école; la criminalité et la violence; les femmes immigrantes; la santé; les compétences linguistiques; l’intervention auprès des minorités et la mobilité interprovinciale. Certains de ces thèmes sont réservés au domaine national. En effet, dans les 44 articles sur l’Ontario (2005 à 2010), seulement sept des dix thèmes sont repérés. Dans cette section, nous présentons un résumé des informations retrouvées dans la documentation selon chacun des thèmes qui ressortent de ces 44 articles.

Intégration sociale

L’intégration sociale est le thème le plus important quant au nombre d’articles et de documents dans la littérature sur l’immigration francophone en Ontario. Les textes traitent principalement de la façon dont les communautés et les organismes peuvent s’adapter à une nouvelle clientèle pour offrir de meilleurs services d’accueil aux nouveaux arrivants. Au cours des dernières années, le profil des immigrants a beaucoup changé (Madibbo et Labrie, 2010; Diallo et Lafrenière, 2007). Par conséquent, la clientèle des organismes communautaires, auparavant plutôt homogène et d’origine canadienne-française et européenne, est devenue une clientèle de diverses origines géographiques et sociales avec une diversité de pratiques culturelles, langagières et identitaires (Madibbo et Labrie, 2010). Il en découle la nécessité d’une importante transformation pour les organismes, qui nécessite une reformulation des stratégies d’intégration.

À cet égard, Labrie (2008) constate que les organismes qui desservent la communauté de langue française en Ontario se sont transformés au cours des deux dernières décennies pour accommoder les changements démographiques. L’auteur constate l’effet des identités et des pratiques linguistiques multiples sur la participation des groupes ethniques à la communauté de langue française en Ontario. D’autres auteurs examinent les transformations des structures d’intégration (Diallo et Lafrenière, 2007) tandis que d’autres encore cherchent à identifier les stratégies d’intégration développées par les immigrants et par la société d’accueil pour s’adapter aux changements démographiques (Madibbo, 2005).

On y retrouve, de plus, des stratégies et des mesures nécessaires à l’intégration des immigrants telles que proposées par des institutions gouvernementales. Notamment, le ministère des Affaires civiques et de l'Immigration (2008) présente le premier Accord Canada-Ontario sur l’immigration (ACOI) dont l’objectif principal est de favoriser la réussite de l’intégration sociale et économique des immigrants en Ontario […] : les nouveaux arrivants sont les bienvenues et pleinement intégrés aux collectivités canadiennes et ontariennes; les nouveaux arrivants s’intéressent et participent à tous les aspects de la société ontarienne et canadienne – économique, social, politique et culturel; la société et les collectivités ontariennes et canadiennes bénéficient de la contribution des nouveaux arrivants.

Enfin, la documentation recensée contient de nombreux rapports de conférences, de forums et d’ateliers (par exemple, Côté, 2006; Réseau de soutien à l’immigration francophone - région Centre-Sud-Ouest de l’Ontario, 2008; Jangles Productions, 2009; Centre francophone de Toronto, 2009). Ces rapports résument les discussions tenues lors de conférences sur les thèmes de l’accessibilité et la disponibilité des services. Aussi, une attention particulière est portée aux défis et perspectives d’avenir ainsi qu’à la gestion des ressources d’accueil. Ces rapports touchent, en quelque sorte, les thèmes soulevés par les résultats de recherche présentés plus haut : les services doivent être adaptés pour satisfaire à la demande d’une clientèle changeante.

Selon la documentation, il est donc important, pour l’intégration sociale, que les organismes qui desservent la population immigrante s’ajustent face aux demandes de la clientèle et de la communauté. Pour illustrer cette idée, citons Madibbo et Labrie (2010). Ces auteurs présentent l’exemple d’un centre qui « s’est adapté au changement social et à la mondialisation en se transformant [...] en un centre d’accueil offrant des services à une clientèle linguistiquement hétérogène et provenant de divers pays du monde francophone ».

Intégration économique

L’intégration économique s’avère également un thème important dans la littérature sur l’immigration francophone en Ontario. En particulier, la reconnaissance de la formation reçue à l’étranger revient fréquemment comme sujet : l’intégration sociale des immigrants passe notamment par leur capacité à s’intégrer sur le marché du travail et, ainsi, par la reconnaissance des diplômes reçus à l’étranger.

Il est important de noter que, malgré cette importance dans la littérature, aucun des douze documents qui traitent de l’intégration économique ne provient d’une source universitaire. Il s’agit plutôt de rapports gouvernementaux, d’études communautaires, d’examens des pratiques d’inscription et du processus d’accès et, enfin, d’une recension des écrits sur les diplômés internationaux en santé (DIS). Les publications qui touchent le thème de l’intégration économique sont donc des textes plutôt génériques qui présentent, par exemple, la réglementation relative à la reconnaissance des diplômes et les ressources disponibles aux immigrants (Bureau du Commissaire à l’équité, 2010).

Le domaine de la santé fait pourtant exception. C’est le seul domaine qui reçoit une attention particulière : parmi les douze documents concernant l’intégration économique, quatre présentent des informations pour les diplômes internationaux en santé. D’ailleurs, deux de ces documents sont produits par le Bureau du Commissaire à l’équité et touchent tout particulièrement les pratiques d’inscription et les processus d’accès aux professions.

Parmi les autres textes, nous remarquons un nombre important de rapports et guides préparés dans le but d’éliminer les obstacles à l’emploi et d’aider les immigrants à se trouver un emploi. Ces textes proviennent surtout de sources gouvernementales (Côté, 2010; Consulat général de France à Toronto, 2009; Ministère de l’Éducation et Ministère de la Formation et des Collèges et Universités, 2010).

En général, la documentation recensée sous le thème de l’intégration économique témoigne des difficultés associées à la non-reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquis à l’extérieur du Canada. La plupart des textes sont des guides ou des résumés de réglementation conçus afin d’informer sur les pratiques d’inscription et les processus d’accès aux professions. Il y a cependant une lacune au niveau des études scientifiques ou universitaires qui viendraient éclairer la situation des nouveaux arrivants de langue française en Ontario en ce qui concerne leur intégration sur le marché du travail en regard de leur formation, de leurs diplômes et de leurs domaines de spécialisation.

Portrait ou profil démographique

Le plus grand nombre (5) de profils ou portraits provient du milieu gouvernemental : deux de ces cinq documents fournissent des portraits de tous les francophones de l’Ontario (Corbeil et Lafrenière, 2010) ou d’une région précise de la province (Fondation Trillium de l’Ontario, 2007), tandis que les trois autres sont des profils qui s’intéressent particulièrement aux immigrants dans trois régions métropolitaines précises (Toronto, Hamilton, Ottawa). Ces derniers sont préparés par le groupe Recherche et statistiques stratégiques de Citoyenneté et Immigration Canada. Les autres sont des publications des milieux universitaire (3) et communautaire (1).

L’intérêt particulier des deux documents qui présentent des profils de la population francophone en Ontario se trouve notamment dans les définitions de la population francophone qui y sont présentées et utilisées. Le texte de la Fondation Trillium de l’Ontario examine les tendances démographiques, économiques et sociales de la population francophone dans Algoma, Cochrane, Manitoulin, Sudbury (ACMS) en utilisant la définition inclusive de francophone (DIF) proposée par l’Office des affaires francophones en 2009. Legault (2008) utilise aussi cette nouvelle définition dans son profil des francophones d’Ottawa. Pour leur part, Corbeil et Lafrenière (2010) expliquent l’historique des concepts utilisés pour identifier et dénombrer les francophones, de la première langue apprise et encore comprise (la langue maternelle) jusqu’à la première langue officielle parlée (PLOP).

En général, les profils statistiques de la population semblent avoir été développés, entre autres, pour appuyer la mise en place de stratégies pour le développement des services ainsi que pour l’élaboration et l’évaluation de programmes.

Intervention auprès des minorités

Les trois documents axés sur le thème de l’intervention auprès des minorités ont été préparés par des organismes communautaires; ils s’intéressent particulièrement à l’intervention auprès des immigrants francophones en Ontario. On y reconnaît que ce type d’intervention requiert que l’intervenant puisse d'abord se reconnaître comme porteur d'une culture et qu’il soit capable d'identifier les référents culturels personnels et professionnels tels les valeurs éthiques, l'approche clinique privilégiée, les modes d'intervention qui y sont reliés, enfin tout ce qui influence la relation thérapeutique (Regroupement des intervenants francophones en santé et en services sociaux de l’Ontario, 2008).

Ce genre d’intervention requiert donc une formation adaptée au contexte pluriethnique.

Criminalité, enfants et santé

Certains thèmes présents dans la documentation ne suscitent pas beaucoup d’attention. En effet, « la criminalité et la violence », « les enfants et l’éducation » et « la santé », bien que présents dans la littérature, font l’objet de seulement deux documents chacun.

Dans un texte concernant la violence familiale, Hashi (2009) cherche à cibler les défis et les besoins existants dans la prestation de services en français pour les femmes membres de la communauté des minorités raciales et ethnoculturelles francophones (MREF). Un deuxième texte sur ce sujet présente les résultats d’une étude sur la perception des immigrants concernant le système de justice pénale.

Sous le thème des enfants et de l’école, un premier texte présente un sommaire de projet soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté et Immigration Canada dans lequel l’auteur (McAndrew, 2009) examine les résultats et les cheminements des jeunes immigrés à Toronto, Vancouver et Montréal. Un deuxième texte présente un portrait de la pauvreté chez les enfants en l’Ontario.

Les deux textes sur la santé concernent surtout l’intervention en santé pour la population immigrante et le besoin de formation interculturelle pour bien desservir cette population.

Le corpus d’études sur les immigrants francophones bénéficierait d’un plus grand nombre de publications sur ces trois thèmes, entre autres. En effet, les thématiques de l’éducation des enfants, l’intervention dans les cas de violence familiale et des questions de santé méritent une attention particulière de la part des gouvernements et des communautés de recherche.

Conclusion

En guise de conclusion, la recension des textes révèle que les thèmes de l’intégration sociale et économique semblent être prioritaires pour les chercheurs et pour les gouvernements. Sur le plan national comme sur le plan provincial, la documentation indique à quel point l’intégration à la communauté d’accueil passe, notamment, par l’intégration économique.

Par ailleurs, les textes recensés indiquent que l’intervention auprès des immigrants demande, de nos jours, une formation adaptée à une clientèle pluriethnique et linguistiquement hétérogène.

Enfin, on note que les gouvernements s’intéressent à l’immigration et investissent des ressources financières et organisationnelles à la question. Cependant, une attention particulière des communautés de recherche, notamment universitaire, contribuerait à une meilleure compréhension du phénomène.

1Le cadre stratégique publié en novembre 2003 présente en détail le mandat du Comité directeur et les cinq objectifs poursuivis. Voir


TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE
LISTE DES TABLEAUX
1. LE MANDAT
2. L’ORGANISATION DU RAPPORT
3. L’ANALYSE DÉMOGRAPHIQUE
4. LA REVUE DOCUMENTAIRE
5. LA RECENSION DES ORGANISMES OFFRANT DES SERVICES AUX IMMIGRANTS
6. LES RÉSULTATS DES ENTREVUES AVEC LES FOURNISSEURS DE SERVICES
7. LES RÉSULTATS DES ENTREVUES AVEC DES CHEFS DE FILE FRANCOPHONES
8. LES RÉSULTATS DES GROUPES TÉMOINS
9. LES PROGRAMMES DE FORMATION RELAIS FRANCOPHONES
10. SOMMAIRE DES CONSTATS DE LA RECHERCHE
11. CONCLUSION : PISTES DE SUIVIS EN MATIÈRE DE RECHERCHES
ANNEXES